Share

PwdByEddie

Partager

O'Sensei pratiqua le Ju Jitsu et le Ken-Jutsu

O'Sensei, est né le 14 décembre 1883, à Tanabe prés de Osaka. Souvent malade, de faible constitution il demeurait quand même très nerveux. Ses parents pour l'affermir lui faisait pratiquer le Sumo et la natation. Dans cette même période il commença à être attiré par les personnalités religieuses. Vers son adolescence il étudia le Soroban (le fameux boulier qui sert à faire des calculs) et un an après il devint assistant de son professeur. Grâce à ça il entra à la perception des impôts. Vers l'âge de vingt ans il part à Tokyo et se met à pratiquer le Ju Jitsu dans l'école de Kito, et le Ken-Jutsu dans l'école de Shinkage. Quelque temps après il tomba malade et repartit dans son village natal. Pendant sa guérison il retrouva une amie d'enfance et par la suite il se maria. Progressivement il décida d'acquérir un bon état physique. De plus il se remit à pratiquer le sabre à l'école de Yagyu. Quelques mois après il s'engagea dans l'armée japonaise dans le 61eme Régiment d'infanterie, où il devint particulièrement agile dans le Ju-Ken Jutsu (combat à la baïonnette). Soldat exemplaire, ses camarades le surnommèrent Heittaï no Sama (le dieu des soldats), très vite il fut nommé sergent. 

 osensei

 

 

Déjà une grande renommée

Quatre ans plus tard il rentra chez lui, et ouvrit un dojo pour y étudier le Judo avec Maître Kiyoichi Takagi 9eme dan. De plus Maître Sokaku Takeda de l'école de Daïto décida de lui enseigner les techniques secrètes de Ditoryu. En 1919 il rencontra Wanisaburo Deguchi grand Maître d'énergie spirituelle. Après la disparition de son père il décida de rejoindre ce maître, car il avait conscience qu'il savait maîtriser sa force et sa technique mais que son énergie spirituelle restait fragile. L'année suivante ils furent prisonniers pendant plusieurs mois avec son Maître par l'armée chinoise, car ils avaient eu comme intention de partir en Mongolie où s'affrontaient l'armée chinoise et Japonaise. En s'appuyant sur les nouvelles religions, ils voulaient construire un temple de prière basé sur un royaume de paix. A sa libération Morihei UESHIBA fut acclamé par une immense foule et reprit ses recherches sur le Budo. O'Sensei commença à avoir une grande renommée. Un officier de la marine japonaise, professeur de Kendo lui rendit visite. Pendant leur rencontre l'officier fut en désaccord sur certains points. Celui ci proposa un duel à Maître UESHIBA, qui l'accepta.Il lui donna un bokken, et lui dit que lui n'en avait pas besoin. Après beaucoup d'effort et sans relâche l'officier à bout de souffle arrêta le combat. O'Sensei lui expliqua qu'il sentait l'attaque se déclencher une fraction de seconde avant que le bokken ne l'atteigne. Cela lui permettait d'esquiver l'attaque. Il lui confia qu'il avait déjà eu de telles expériences en Chine. Un jour un militaire chinois se trouva face à lui et lui tira dessus. En vain il ne le toucha même pas. Lorsque qu'il appuya sur la gâchette O'Sensei sentit la balle arriver et l'esquiva. D'où l'histoire de la balle spirituelle.

Ueshiba  

 




 

L'Aïkido l'art de la paix

 C'est depuis cette époque là qu'il comprit le sens du vrai Budo. Car d'après O'Sensei « Le Budo ne signifie pas vaincre l'adversaire par la force. Ce n'est pas non plus une arme destructrice. Le véritable Budo n'est pas de vaincre un adversaire par la force mais de garder la paix en ce monde. ». Si la recherche spirituelle est présente dans les arts martiaux, jamais personne ne l'avait approfondie ainsi. En 1926 son nom était connu dans tout le Japon. Il eut beaucoup de visites : des Budokas réputés, des militaires et d'importantes personnalités du monde politique. Un an plus tard à Tokyo il enseigna aux militaires les plus gradés. Il avait comme élèves des cinquième dan de Judo et de Kendo. En 1931 il ouvrit un dojo de plus qui s'appela Kobucan, il fut vite surnommé « Le Dojo de l'enfer » car l'entraînement était très dur, seule l'élite des Judo- kas, kendo-kas, et des karaté-kas, avait le droit de pratiquer dans ce Dojo. Même le Maître fondateur du Judo Jigoro KANO fut étonné de son art martial et se rendit à son Dojo. Lorsque que Jigoro KANO vit évoluer Maître UESHIBA il déclara «Voici le Budo Idéal ». Dés le lendemain, il lui envoya ses meilleurs élèves apprendre l'Aïkido. Pendant la guerre le dojo fut fermé. A ça réouverture le Dojo pris le nom de l'Aïkikaï. L'Aïkikaï est actuellement le centre mondial de l'Aïkido dans le monde.

Morihei Ueshiba

 

 

L'Aïkido est pratiqué dans le monde entier

Depuis cette période le nombre de pratiquants ne cesse d'augmenter. En 1969, maître Ueshiba tomba malade. Il s'éteignit le 26 avril 1969. En 1967 son fils Kisshomaru UESHIBA devient Directeur Général de la Fondation Aïkikaï, il prend le titre et la position de doshu (« maître de la voie »). Depuis 1986 c'est son petit fils Moriteru Ueshiba qui devient doshu à son tour, il dirige maintenant l'AïkiKaï Hombu Dojo de Tokyo. Grâce à Maître UESHIBA et à ses élèves l'Aïkido est actuellement pratiqué par des centaines de milliers de personnes dans le monde entier.De nos jours, l'Aïkido est pratiqué dans près de 40 pays (Europe, Asie du sud-est, Afrique et Etats-Unis) par plus d'un million de pratiquants. En France l'Aïkido y a été pour la première fois présenté en 1951 par Maître Minoru Mochizuki et s'est, dans un premier temps, développé grâce aux professeurs de Judo, fortement intéressés par cette nouvelle discipline.La France est le pays au monde ou l'Aïkido est le plus pratiqué. Aujourd'hui,la FFAAA (Fédération Française d'Aïkido d'Aïkibudo et Affinitaires) et la FFAB (Fédération Française d'Aïkido et de Budo) sont rassemblées au sein de L'UFA (Union des Fédérations d'Aïkido), et représentent près de 70 000 aïkidokas.

morihei ueshiba

 






 

 

Mis à jour ( Lundi, 14 Septembre 2009 20:28 )